Zad de Notre-Dame-des-Landes : un lundi entre escarmouches et un calme propice à la discussion

16 avril 2018 / Camille Martin (Reporterre)

Lundi matin, les gendarmes ont démoli la charpente installée au Gourbi pendant la nuit. La situation reste tendue au niveau de Youpi Youpi, avec des jets de grenades incapacitantes. Des blessés ont déjà dû être pris en charge par les Médics, selon notre envoyé spécial. Retrouvez notre fil, heure par heure.

  • 18 h 51, NLC : Quelques tirs de grenade ont été entendus à Lama fâché. Une structure amie se remonte dans un champ à côté de la Wardine. La charpente est debout avec ses structures bien étayées. Les charpentières et les charpentiers assemblent les étais. Un campanile plus réduit que celui d’hier a été reconstruit, il est posé dans l’herbe au pied de la structure à base carrée.
  • 16 h 55, NLC : Les charpentiers ont œuvré tout l’après-midi pour retaper les fermes de la charpente du Gourbi 5 qui avaient été tronçonnées le matin par les gendarmes. Ils ont fait de la récupération, étayé les petits morceaux pour en faire de plus grands. Deux fermes ont été portées à bout de bras par cinquante personnes et mises à l’abri dans un endroit caché. Du côté du front entre les Fosses noires et Lama fâché, on a eu la batucada, des chants de lutte, mais on n’a pas entendu de grenade depuis trois heures — ce qui est relativement exceptionnel. Les gens se reposent. Des habitants supposent que la semaine va se dérouler comme ça, avec des échauffourées et des affrontements de basse intensité, et que c’est lundi 23 avril date de l’ultimatum pour l’enregistrement de projets agricoles individuels, qu’une offensive risque de monter en puissance. « C’est là qu’on sera », ont-ils assuré.
  • 16 h 20 : Une vidéo de la destruction de la Chèvrerie et de la détermination des habitants à reconstruire, postée hier sur Youtube. On a frissonné, on partage !
  • 14 h 16 : « Ne pouvant être physiquement présent ce dimanche pour contribuer à la reconstruction de ce que qui a été ravagé, écrit Denys à Reporterre, j’ai pris quelques instants pour dessiner ces deux planches ».


  • 14 h 07, NLC : Après deux heures à charger les décombres de Lama fâché avec un bras de tractopelle, un camion jaune et orange des travaux publics d’une entreprise quitte ce chantier de déblaiement sous protection, par l’axe de la D281 vers La Paquelais.
  • 13 h 37 : D’après le site d’information de la Zad, deux interpellations ont eu lieu. Une réunion doit avoir lieu à 14 h à la Grée pour discuter des négociations : y aller ou pas ? Une décision sera prise ce soir par l’assemblée des usages.
  • 13 h 30, NLC : L’ambiance est plutôt calme depuis une heure, c’est la pause déjeuner. Autrement, la « ligne de front » est située entre les Fosses noires et le carrefour de Lama fâché avec un blindé en première ligne et des cordons de gendarmes fixes qui envoient des grenades explosives, des grenades lacrymogènes, avec des tirs tendus. Il y a aussi des tirs de lanceurs de balle de défense (LBD). Tout à l’heure, un trompettiste a sorti son instrument pour jouer face aux gendarmes.
La « ligne de front » entre Lama fâché et Fosses noires. Barricades et blindé
  • 11 h 15, Nicolas de la Casinière (NLC), notre envoyé spécial sur la Zad de Notre-Dame-des-Landes, se trouve au niveau de Youpi Youpi entre les Fosses noires et le Lama fâché. Il témoigne de jets de grenades vertes incapacitantes. La situation est à un « harcèlement de moyenne intensité » et les Médics ont déjà dû prendre en charge des blessés ce matin. En revanche, il n’y a pas de gendarmes au carrefour de la Saulce.
    • NLC revient aussi sur les événements de la matinée : vers 8 h, un convoi de gendarmes avec un véhicule blindé est entré sans encombre jusqu’au Gourbi. Ils ont bousculé la charpente avec le véhicule blindé et ont coupé des poutres à la tronçonneuse pour empêcher leur réutilisation. Vingt minutes plus tard, des charpentières et des charpentiers étaient sur place pour évaluer l’état des poutres et numéroter celles qui pouvaient être récupérables.
    • Les images de la destruction de la charpente prises par la gendarmerie nationale :
Carte de la zone centrale de la Zad.
  • 10 h 14 : Les gendarmes ont détruit la charpente à la tronçonneuse.


Puisque vous êtes ici...
... nous avons une faveur à vous demander. Il n’y jamais eu autant de monde à lire Reporterre, mais nos revenus ne sont pourtant pas assurés.
Contrairement à une majorité de médias, nous n’affichons aucune publicité, et laissons tous nos articles en libre accès, afin qu’ils restent consultables par tous. Reporterre dépend en grande majorité des dons de ses lecteurs. Le journal, indépendant et à but non lucratif, compte une équipe de journalistes professionnels rémunérés, nécessaire à la production quotidienne d’un contenu de qualité. Nous le faisons car nous croyons que notre point de vue, celui de l’environnement et de l’écologie, compte — car il est aussi peut-être le vôtre.

« Notre société a besoin d’un média qui traite des problématiques environnementales de façon objective, libre et indépendante, en restant accessible au plus grand nombre ; soutenir Reporterre est ma manière de contribuer à cette démarche. » Renan G.

Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1€, vous pouvez soutenir Reporterre - et cela ne prend qu’une minute. Merci. Soutenir Reporterre





Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre.

Source : Nicolas de la Casinière (à Notre-Dame-des-Landes), Émilie Massemin et Hervé Kempf (à Paris) pour Reporterre

Photos :
. Fosses noires : © Nicolas de La Casinière/Reporterre
. dessins : Denys Moreau
. Des zadistes étaient réfugiés sur le toit de la charpente, ils sont évacués. Crédit Peggy Mauger (Twitter)
. La ligne de front entre Lama fâché et Fosses noires. Crédit Christophe Jaunet (Twitter)

DOSSIER    Notre-Dame-des-Landes

20 avril 2018
Zad de Notre-Dame-des-Landes : « Nous voulons stopper l’escalade de la tension et obtenir le temps »
Info
11 avril 2018
Journée tendue à l’université de Tolbiac
Reportage
20 avril 2018
Les usagers des transport prennent la parole pour défendre le train
Tribune


Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre

Dans les mêmes dossiers       Notre-Dame-des-Landes





Du même auteur       Camille Martin (Reporterre)