Notre Dame des Landes :
 la préparation de la manifestation du 22 février à Nantes s’accélère

17 février 2014 / Geneviève Coiffard-Grosdoy

La mobilisation pour la manifestation de samedi prochain à Nantes est intense. La diversité des opposants, unis dans la préparation, se révèle une force.


Bien que l’actualité sur la Zad ait été peu médiatisée cet hiver, l’activité y demeure intense : agricole, avec les semis d’octobre et les plantations de haies de début novembre, l’anniversaire de l’occupation/sauvetage de la ferme de Bellevue, avec le collectif Copain, et enfin les projets agricoles du printemps en préparation, avec Sème ta Zad...

Activité juridique également, avec le dépôt le 3 février de recours sur le fond contre les quatre arrêtés signés fin décembre par le préfet, et la préparation de référés suspensifs en cas d’intervention sur le terrain.

La commission des pétitions de Bruxelles est régulièrement informée des développements du dossier, car la pétition reste ouverte. L’information se poursuit, soutenue par la production de documents offensifs : ’’La résistance s’enracine à Notre Dame des Landes", « Toujours présents, toujours résistants, plus légitimes que jamais ».

L’engagement de s’opposer à tout début de dégât irréversible a été discuté, ratifié (Assemblée générale de l’Acipa début novembre, AG quinzomadaires entre les différentes composantes de la lutte sur la ZAD). Un large démarchage a été mené par des militants auprès des agriculteurs et des propriétaires des terres autour de la Zad pour qu’ils refusent de s’engager dans des mesures de compensations écologiques proposées par AGO/Vinci. L’accueil est très bon, ce qui ennuie Vinci : il a besoin de présenter ces compensations face au massacre écologique programmé.

Conscients de la nécessité de se montrer aussi sur Nantes, et du caractère particulier de l’actuelle période pré-électorale, des habitants de la ZAD ont proposé en décembre à la Coordination d’y organiser un événement important en fin février.

Une organisation conjointe... innovante...

Pour la réaliser, un calendrier serré d’assemblées générales a été mis en place. La première mesure a été la rédaction d’un appel commun, destiné à être le chapeau de différents appels plus spécifiques, composés par divers membres ou composantes de la lutte (voir le site). Affiches, flyers... ont été discutés en commun.

Plusieurs commissions ont été mises en place : communication (banderoles, presse, prise de paroles), logistique de la manifestation (trajets, circulation des tracteurs, des cars et bus), logistique globale (hébergements, restauration le 22 à midi)... Animation (pendant la manif voire le lendemain ).

Pour que la manifestation reflète aussi bien la diversité des participants que l’unité dans la lutte contre le projet d’aéroport, après discussion, décision a été prise d’inviter les participants à fabriquer et utiliser des drapeaux de la lutte en même temps que les drapeaux de leurs organisations, en évitant les regroupements partitaires et les effets de ’blocs’ (ceci concernant également les ’bonnets rouges’, voir site).

Le rôle des collectifs locaux

A l’appel conjoint de membres de la Zad et de la Coordination, une réunion des comités Notre Dame des Landes s’est tenue le18 janvier 2014 à Fay de Bretagne.
Plus de cinquante comités étaient représentés par plus de deux cent personnes. Dans une excellente ambiance, beaucoup d’idées se sont exprimées pour la manifestation du 22 février, en particulier des animations diverses autour de la biodiversité et des espèces protégées. La mobilisation des comités est d’ores et déjà exceptionnelle. Le matériel de communication (affiches, flyers, … dont c’était le premier tirage) a manqué, et a dû être réservé aux comités les plus lointains. Des milliers d’affiches et de flyers ont fleuri en France.

Une mobilisation prometteuse

A l’image des comités locaux, les organisations locales membres de la Coordination, des organisations nationales liées à la défense de l’environnement ou du climat... relayent l’information, sur la manifestation, l’organisation de cars, l’accueil militant. Des ateliers drapeaux fonctionnent. Les messages de solidarité, et les annonces de venues affluent. Une délégation du mouvement No-Tav, également dans l’action ce 22 février, sera présente.

Sans préjuger du nombre possible de tractoristes et de participants, on peut d’ores et déjà prévoir qu’ils seront très nombreux, samedi prochain, à affirmer dans le calme et la détermination leur refus du projet, à être vigilants contre d’éventuels incidents et provocations, tant semble partagée la volonté que cet événement soit exemplaire, vu l’énormité des enjeux.

Et qu’une fois de plus, au terme d’un processus de préparation compliqué mais fécond, les différentes composantes du mouvement d’opposition à l’aéroport réussiront à transformer leur diversité en force pour construire ce qui risque d’être un des événements majeurs de ce début d’année.




Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre.

Source : Courriel à Reporterre.

Lire aussi : A Nantes, le 22 février, manifestation : « L’aéroport, c’est toujours non ! »

Consulter le DOSSIER : Notre Dame des Landes.

14 novembre 2018
En Suède, la « taxe carbone » est bien acceptée
Info
10 novembre 2018
Gabriel, paysan pris à la gorge par une administration aveugle
Tribune
15 novembre 2018
L’Europe doit mettre un terme à la déforestation importée
Tribune


Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre



Du même auteur       Geneviève Coiffard-Grosdoy